Vous êtes ici : Accueil > L'éditeur de solutions MGDIS se repositionne et recrute

Actualités

L'éditeur de solutions MGDIS se repositionne et recrute

A Vannes, MGDIS consolide son activité en renouant avec la ligne des 8,4 M€ de chiffre d'affaires comme deux ans plus tôt. Le concepteur et éditeur de logiciels de pilotage de l'action publique s'apprête à recruter dix salariés dans les métiers de l'informatique.
Frank MOSSER, CEO de MGDIS, Simona Vasile et Anne-Gaëlle Macé

L'ancienne société d'économie mixte privatisée en 1997 MGDIS (100 salariés) prévoit de recruter en 2018 dix analystes produit RGPD, développeurs back-office, chefs de projet senior/directeurs de projet sur son site de Vannes, tournant le dos aux difficultés rencontrées par la refonte des Régions, qui avait impacté les résultats et entraîné le licenciement de sept salariés. Les Régions représentent désormais 50 % du portefeuille clients mais les nouveaux périmètres ont généré des coûts importants d'adaptation et de recherche-développement. L'année 2017 a vu la part des récurrents progresser à près de 46 % du CA (37 % en 2015), les licences progressant de 11 à 17 %.

Objectiver la réalité face au populisme

« Nous investissons énormément en R&D, de l'ordre de 4 500 jours en interne et près de 670 en sous-traitance. C'est 1,4 M€ en autofinancement, explique Franck Mosser, le dirigeant de l'entreprise. Nous priorisons l'aide à la rationalisation de la gestion des collectivités. Les outils objectivent la réalité face aux dérives populistes. C'est l'une de nos convictions profondes. »

Parmi les derniers marchés arrivés à maturité, l'appel d'offre gérant le suivi des entreprises innovantes pour le compte de Bercy. « Il est en exploitation depuis deux ans après autant en développement. » Trop long ? Difficile de faire mieux. « On peut presque tout faire en informatique, la limite c'est le temps et l'argent ! Pour s'en sortir, nous ne réécrivons plus complètement nos produits et travaillons en écriture de micro-services, ce que font d'ailleurs les Gafa. » MGDIS a également décidé d'arrêter le développement d'outils pour les ports de plaisance, l'une de ses activités historiques alors qu'il était encore un syndicat mixte. « En plus des missions générales, les syndicats avaient leurs spécificités. Dans le Morbihan, c'était les établissements de santé et les ports de plaisance... » Après les privatisations, peu de syndicats ont muté en entreprise privée. La plupart ont été supprimés ou ré-internalisés. Un salut qui doit à l'intuition du Conseil général qui avait alors anticipé la création d'une filiale de droit privé. Aujourd'hui, une demi douzaine d'acteurs se partage le marché du logiciel de gestion pour collectivité. MGDIS a sa part : elle travaille pour une quarantaine de Départements, la totalité des préfectures et des Régions.

Évaluation des politiques publiques : l'enjeu de la data

Naturellement, MGDIS baigne aussi dans l'open data : c'était la logique que de créer notre propre plate-forme. « MGDIS a édité un livre blanc dédié, Hop'n data, évoque Simona Vasile, responsable filière marketing qui œuvre pour décloisonner l'entreprise et faire connaître ses savoir-faire à l'extérieur. Le collectage de données est à ses balbutiements et à des niveaux très disparates selon les services publics. »

« On parle beaucoup de la qualité de l'évaluation des politiques publiques. Elle est pénalisée par le manque de données, c'est un enjeu majeur », conclut Franck Mosser. Autre enjeu et non des moindres : la cyber-sécurité. Le jour même de l'entretien, MGDIS est auditée, entre autres sur ces questions. « Plus qu'une nécessité. Mais les appels d'offre n'en prennent pas toujours la mesure. »


Mis à jour le