Publié le

Mgdis était au salon AP Connect 2019

Pertinence de cette 2ème édition jumelée au Congrès National des Elus au Numérique

La 2nde éditiondu salon AP Connect s’est déroulée à l’espace Grande Arche à Paris la Défense les 29 et 30 janvier 2019. MGDIS revient sur cet événement axé sur les solutions I.T. et la transition numérique des administrations publiques.  

La présence concomitante de nombreux élus au numérique rassemblés pour le Congrès National des Elus au Numérique, renforce l’intérêt de cette édition, permettant aux exposants d’avoir accès à ces interlocuteurs stratégiques qui ont plébiscité les différentes agoras. 

Les rencontres sur le stand MGDIS, qui exposait en partenariat avec la société JES PLAN, ont cette année été significativement enrichies par les échanges avec les élus. Ceci nous a permis de valider le positionnement du Portail des aides MGDIS en termes de consolidation des aides pour faciliter le dialogue citoyen en période pré-électorale. 

MGDIS - Salon AP connect 2019

La présentation du projet Dauphin reflète le succès de la collaboration MGDIS - CGET

Modernisation du suivi opérationnel de la politique de la ville, tel était le thème de l’agora du 29 janvier, animé par Florent POILBOUT (MGDIS) et Olivier FORNER, chargé de la maîtrise d’ouvrage sur le S.I. Politique de la Ville au sein du CGET (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires). 

Le retour d’expérience du CGET sur l’utilisation de la plateforme collaborative DAUPHIN, développée par MGDIS, a prouvé au public présent à l’agora, la richesse de la collaboration entre les deux organisations au bénéfice des acteurs de la politique de la ville: associations, entreprises et partenaires co-financeurs.

A la fois axé sur l’amélioration de l’expérience utilisateurs et la simplification des processus d’attribution de subventions, l’exposé a également mis en exergue la volonté de faire travailler ensemble plus efficacement les acteurs de la politique de la ville grâce au numérique. 

La plateforme Dauphinmise en production à la mi-octobre 2018, a déjà recueilli 20 000 demandes de subventions et permis pour lapremière fois à une administration publique la création de 10 000 tiers sans « spammer les utilisateurs », selon Olivier Forner. Le projet continue ses développements portés par la loi ESSOC qui prévoit à titre expérimental pour une durée de trois ans, la mise en place d’un guichet unique pour permettre une instruction et une programmation partagées, suivies et coordonnées par un référent unique.